Ma première fois

On m’a dit que la première fois a toujours son charme
Mon Premier camping
Lieu : Crique de Robinson, Nabeul, Tunisie
Date : le 07/09/2016

J’ai un adorable  pays qui mérite Etre visité: Ma Chère ♥ «Tunisie »♥

Je vous parle d’une expérience qui a basculé ma vie…

Depuis ma naissance j’ai lu et entendu parler de la liberté, la liberté de s exprimer, la liberté de penser, la liberté dans toutes ses images. Mais on m’a pas appris le comment. Comment on devient libre? Comment on jouit de notre liberté? Or comment savoir si on est vraiment libre?  Beaucoup de questions qui occupaient  mes pensées sans que  je les trouves des réponses.

Ma liberté. Je l’ai trouvée dans la nature

Je vous parle d’une fille qui a du passé par beaucoup de déceptions et échecs dans sa vie … et là un jour elle a décidé de mettre fin à sa souffrance et faire sortir ce petit enfant au fond d’elle , faire sortir toute cette énergie écrouée en elle…

C’était une nuit de dimanche en parlant à mon ami Ayoub Kacem, il m’a informé qu’il va partir en camping pendant 2 jours à crique de robinson à Korbos (Nord, Cap bon)  j’ai pas hésité à lui dire «Oui,  je suis partante»

On a pris le bus, et là c’était le début de l’aventure , on était assit par terre, entourés de nos sac à dos.Tantôt on rit, tantôt on regarde les enfants qui pleurent tantôt on se regarde dans les yeux qui brillaient de joie en souriant… En arrivant à Soliman on a pris le transport commun pour arriver à Korbos.

Une joie inimaginable qui me comblait

J’ai passé la nuit avec Ayoub allongés sur les hamacs en comptant les étoiles filantes, le ciel était très etoilé c’était le cadeau divin, j’ai entendu le ciel dire « tu es ici, alors j’ai décidé de t’offrir ce cadeau»  C’est dingue je sais, mais c’est ce qui venait dans ma tete à cet instant là.

Le matin j’ai descendu la montagne pour vivre l’un des plus intenses moments de ma vie. On est allé vers une plage rocheuse, j’étais époustouflée émerveillée  par la beauté des lieux et des roches, les détails de chaque couche rocheuse de la montagne me fait rêver, je touchais la montagne  au fait je la caressais délicatement comme un amant qui caresse les cheveux de son bien aimée, chaque couche de la montagne raconte des histoires,une époque, des gens qui ont du passer par cet endroit, des animaux qui se sont battus jusqu’à la mort …. Personne n’a pu comprendre ce que je ressentais à ce moment là,  je contemplait chaque détail de chaque couche rocheuse j’essayais d’aller loin avec mon imagination … Et grâce à  mon peu de savoir en géologie et mon amour ébouriffant de la nature j’ai pu  profiter pleinement du charme de l’endroit. Ensuite on est descendu vers la crique…

Le charme de la Tunisie m’a saoulé …. 

… Ayoub a ramené deux kayaks, j’ai pas hésité à prendre un et l’essayer en faisant une course avec Elyes, j’ai pu apprendre quelques techniques à le manipuler, puis j’ai invité Ayoub à venir  vadrouiller avec moi dans l’eau, question d’embellir la journée avec un peu  de risque et gout d’aventure.

Chacun dans son kayak, excités  et émoustillés, on est partis à l’aventure. C’était ma première fois que je fasses la Kayak, je me débrouillais très bien pour une débutante mais on n’échappe jamais au péril… quand on a essayé de dépasser le cap j’étais emportée par le courant d’eau et la force des vagues et je me retrouvais coincée entre les rochers, c’était un moment de pic d’adrénaline, j’étais pas effrayée par contre  mais j’essayais de me concentrer sur une seule chose qui est: comment maintenir l’équilibre sur le kayak et ne pas tomber dans l’eau, et j’ai réussit à le faire en mobilisant toute l’énergie et la présence d’esprit que j’avais à cet instant là, je criais et riais de joie et d’excitation !! Jusqu’à ce qu’une forte vague frappe les rochers et me sauvait de cette situation embarrassante, en me faisant reculer  et cela m’a aidé à faire un détour avec le kayak et s’échapper du pétrin.

J’ai pas paniqué et j’ai continué l’aventure, ceci m’a donné énergie de plus et m’a incité à aller encore plus loin , le sourire n’a pas quitté mon visage, chaque partie de mon corps et de mon âme a soif d’aventure, de risques, et de cette joie que tu ne peux la trouver et savourer nulle part ailleurs.

L’intensité des vagues s’amplifiait alors qu’on avançait et qu’on sortait de la crique, c’était trop fun et excitant à la fois, on criait de joie, c’était un vrai plaisir, de l’extase et d’exaltation.

Quelques dizaines de mètres plus loin, J’ai suit Ayoub pour entrer dans une petite grotte ou l’eau est supposé être un peu plus calme, une fois arrivés, on a déposé nos kayaks pour se reposer, Ayoub était entrain de me donner  des conseils sur comment utiliser la rame pour ne pas trop s’approcher des parois et risquer une brutale collision. J’étais blessée déjà mais je ne l’ai pas sentit j’étais occupée par délecter la splendeur de la nature, la blessure était pour moi un signe de bonheur .

Quand on a décidé de rentrer, l’intensité des vagues a augmenté encore mais ça n’avait pas d’importance pour nous rien ne nous empêchait d’avancer. J’ai pas hésité à sortir de la grotte en premier, je me débrouillais intelligemment, j’avançais en toute confiance et j’étais hyper contente en arrivant à s’en sortir facilement. Une joie incroyable. C’était époustouflant.

Pendant que j’étais prise par la beauté de la mer en essayant de gérer les vagues et ne pas tomber du Kayak, Ayoub m’a fait effrayer, il a essayé de traverser un passage étroit entre les rochers, en jetant un coup d’œil  à l’arrière je ne l’ai pas trouvé et là  j’ai paniqué, j’ai commencé à crier et chercher Ayoub , mais hélas … 

J’ai fait un détour par le kayak pour aller le chercher, j’essayais de faire vite mais les vagues m’ont empêché parce que je louvoyais contre le courant, c’était difficile pour moi de manœuvrer le Kayak j’étais effrayée et mon inquiétude augmentait d’un instant à un autre.  L’idée que Ayoub pouvait se faire du mal m’a bouleversé et m’a rendu hystérique, au bout de quelques minutes j’ai vu Ayoub venir.. c’était fou vous imaginez… Je criais de joie  au même temps je le blâmais de m’avoir fait un sale coup je l’en voulais.  Vous savez ça n’a pas été facile, ça nécessite une forte présence d’état d’esprit pour pouvoir gérer ces situations de peur et ne pas stresser.

On s’est retourné ensemble en traînant nos kayaks, en arrivant on a trouvé nos amis nous attendent sur la plage, on a essayé de leurs faire partager ce que nous ressentions mais hélas , on était tellement excités qu’ils ne pouvaient guère savourer la joie qu’on voulait leurs transmettre. Les seuls expressions  qu’on répétait  étaient: c’était fou, c’était extrêmement fou,un délire et on riait, on se faisait des calins en sautant de joie comme des gamins pleins de vie.

On a redescendu vers la plage rocheuse et  on s’est mis à déchiffrer les messages cachés des nuages comme les débiles mentaux c’était ridicule, on voyait des trucs qui n’existaient que dans notre imagination.

La nuit , moi et Ayoub avons choisit de passer la nuit à la belle étoile dans nos hamacs. C’était une très belle sensation.

La nuit s’est bien passée, quand tout d’un coup on entendait des étranges cris des animaux, c’était angoissant un peu on ne savait pas ce qu’il y avait dehors alors qu’il était à deux pas de nous (en rentrant chez nous on a fait des recherches sur la voix et on a finit par découvrir que c’était un ♣ renard)

Terrorisé dans son hamac, Ayoub a essayé de me rassurer alors que je réfléchissais  à une seule question  qui occupait mes pensées «Par quelle partie de mon corps cet animal va commencer à manger ?» It was Funny. On a eu du mal à nous rendormir, mais on a fini par fermer les yeux.

Je devais me réveiller à  4H du matin, car je travaillais le matin, et j’ai choisit  de passer la nuit avec eux dans la montagne. Passer la nuit se balancer dans un hamac, devant une telle vue magnifique sur la mer, sous un ciel étoilé ça valait le coup. La fatigue était le cadet de mes soucis, tout ce qui comptait pour moi c’était vivre l’instant, s’éclater et jouir de la liberté…

On était prêt vers 4H30, on est parti pour une ascension nocturne de la montagne. Vers 6H, j’ai  fini par trouver du transport vers Soliman, puis vers Tunis, et j’ai finalement pu arriver à temps.

Je ne sais pas si je pouvais vous décrire ce que j’ai ressenti et vous faire vivre chaque instant de cet aventure, mais si un jour je donnerai un conseil à quelqu’un je lui dirais :aie confiance en toi , débarrasses toi  de toutes les idées pessimistes qui empoisonnent ton esprit , et de toutes les personnes négatives qui gâchent ta vie et font disparaître ton sourire …. tout ceci pourra se réaliser en se connectant avec la nature …

Never let what other people think  stop you from doing the things you love

La nature,
Allez …. dans ses détails vous serez éblouis par sa beauté intense, sa finesse, son pouvoir de bien faire les choses , sa délicatesse et sa sensibilité ,vous ne le regrettez jamais

Et comme Léonard de Vinci  a dit ” Va prendre tes leçons dans la nature. “

Bref , je suis libre.

En fait, nous sommes une liberté qui choisit, mais nous ne choisissons pas d’être libres: nous sommes condamnés à la liberté.” Jean Paul Sartre

About the author: Mayssa Sandli

Leave a Reply

Your email address will not be published.