The best week end: Zammour

Je vais vous parler de ma première randonnée, de ma première expérience, de ma nouvelle mais grande passion…

C’était à Zammour au Sud Tunisien, de bon matin, on a commencé notre longue journée, je me suis trouvé entourée par ma sœur Nesrine, mes cousines Emna EmnaFatma notre ami et notre guide Zied et nos deux nouveaux meilleurs amis Ghayth et Ayoub. L’amour de l’aventure et de la découverte nous a réunis dans cette belle nature.

C’était un plaisir de marcher des heures et des heures dans les montagnes, de savourer la beauté de la nature. C’était merveilleusement beau : de petites superbes fleurs jaunes qui envahissent la terre entre les herbes sauvages, on sentait une odeur douce et agréable que tous les parfums que j’ai senti ne me flamboient aux prix de cette odeur dégagés par ces fleurs… On s’est arrêté des fois pour admirer quelques paysages fabuleux, pour prendre des photos: c’est avec de petits pas que j’ai avancé vers le dernier rocher avec l’aide de Ayoub. C’est avec méfiance, confiance et courage que j’ai pu prendre la photo; dans le virande.

J’ai parlé un peu de tout du camping du randonnée de nos enfants de nos désirs et de nos ambitions avec Ghayth et j’ai decouvert on a la même pensé et les mêmes idées :D” surtt agam sam sam”
Au bout d’un certain moment, on avait faim, la pose a pris place. On a préparé notre coin de repas et je me suis trouvée en train de manger un salade avec les mains et c’était étranglement bizarre 😀 mais d’un gout différent beaucoup plus bon…

Après une petite sieste on a repris notre chemin! C’était au le paradis qu’on allait, ni la fatigue ni la grandeur ni la profondeur de la deuxième montagne nous a empêché de monter jusqu’au bout pour assister au coucher de soleil ! Là-haut c’était l’euphorie sans exemple. Il n’y avait personne le silence règne coupé par nos cris nos éclats de rires nos danses nos sauts on était petits, fous, heureux et amoureux. J’avais une énergie, une générosité, un aveuglement que je ne savais même pas qu’il existe en moi…

Parfois on ne doit pas réfléchir on doit simplement vivre le moment et profiter de l’instant comme si c’était le dernier …. Je rentre à la maison, l’âme fraîche, le cœur éblouie, une joie éternelle s’est tracée dans les rides de mon sourire, des images immortelles gravées dans la mémoire et je me suis promis qu’à chaque fois je m’énerve je dirais “guermassa guermassa wok wok wok” 😀 Et je m’éclaterais de rire.

About the author: Marwa Fakhfakh

Leave a Reply

Your email address will not be published.